Iris Laurent

Iris Laurent

Biographie

Iris Laurent débute la pratique théâtrale au conservatoire de théâtre de Dunkerque de 2010 à 2013. En 2016, elle intègre la classe préparatoire littéraire en spécialité théâtre au lycée Faidherbe à Lille. 

Elle entre, en septembre 2017 au conservatoire de Lille où elle suit l’enseignement de Christine Girard. Diplômée en Licence d’Arts de la Scène à l’Université de Lille 3 depuis juin 2018, elle écrit, la même année, la pièce VOYAGER. Cette pièce est mise en scène par Titiane Barthel et jouée par les membres du collectif « C’est quand bientôt ». La pièce se joue au théâtre la croisée des chemins et au Festival d’Avignon off en 2019. 

Elle entre en master de Création Littéraire à Toulouse en septembre de la même année. 

En 2020, elle co-crée la compagnie Des Orientés avec Sarah Doukhan, metteuse en scène, et écrit la première création de la compagnie : Aux coeurs des monstres. 

En septembre 2021, elle intègre le Studio 7 de l’école du Nord à Lille en tant qu’élève autrice. 

 

Découvrez le texte programmé dans la Saison #5 :
Aux coeurs des monstres

Résumé

Dans la ville de Victoria, deux quartiers s’affrontent : le Fleurys, quartier libre et vitrine de la ville et le District : quartier dans lequel les personnes non blanches vivent avec les hors la loi. 

Le maire de la ville, Antonio Silva, fait kidnapper Aïna, sa demi-soeur, depuis Komura, une ville étant une ancienne colonie de Victoria sur un continent lointain. Aïna, forcée de servir le pouvoir d’Antonio utilise cet évènement afin de retrouver son père, un ancien colon originaire de Victoria qu’elle n’a jamais connu. Cependant, une information donnée à Aïna bouleverse le cours des choses : le District se rebelle et le pouvoir d’Antonio est plus menacé que jamais. 

 

Extrait

Celle qui se souvient : 

La terre couleur sang, je m’en souviens comme si c’était hier. La Terre des Ancêtres s’en souvient comme si c’était hier. La marque est là. Quand il n’y a plus rien à dire, il faut raconter. L’histoire de l’animal qui pleure. L’histoire de la femme dans le lac. Ne jamais oublier les contes et ne jamais oublier l’histoire de la pierre éternelle. Jusqu’à sa mort il ne faut pas oublier. Souvent je lui ai raconté. Petite. Adolescente. Pour que jusqu’à la fin, longtemps après que mon squelette soit devenu poussière, on les chante encore. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-->